Selfiction(s)

Manière de certifier le vécu, prendre des photographies est aussi une manière de le refuser.

Chacun est étranger, chacun est désespérément isolé, figé dans une identité et des relations infirmes, mécaniques.

Suzan Sontag, Sur la photographie.

 

Selfiction(s) est une série de photographies de selfies d’anonymes qui se photographient avec leur Smartphone devant un miroir.

Ces autoportraits, qui sont à peine regardés, ont une durée de vie extrêmement limitée dans le temps. Ils ont avant tout une fonction : celle de racheter l’insignifiant du vécu. La photographie est aujourd’hui, le but ultime de tout événement banal et ordinaire car elle permet de rêver sa vie en la mettant en scène. On peut aujourd’hui transformer son quotidien en suite d’illustrations qui construisent, en plaisir solitaire, son conte de fées identitaire.

Photos de photos, cette série, qui met à son tour la vie en abîme, et la morcelle, atomise la condition humaine. Révèle par les irisations des écrans, les cloisonnements créés entre les gens. Chacun est seul dans son monde acidulé et se fixe de ses yeux-trous. Son regard transperce son téléphone et croit sentir la présence de l’Autre, admiratif.